En cette journée internationale des femmes, je vous propose la biographie de Malala. Prix Nobel de la paix à seulement 17 ans, elle lutte depuis son plus jeune âge pour que les femmes au Pakistan et dans le monde entier aient le droit à l’éducation et à l’instruction.

arton2926-0c572 

« Le journal d’une écolière »

Depuis toujours, Malala aime l’école. Quelque chose qu’elle tient de son père, directeur d’une école pour filles, dans un pays où, le plus souvent, les filles sont cantonnées à des tâches domestiques et dont l’instruction est souvent jugée secondaire.

Lorsque les talibans prennent le contrôle de la région du Pakistan, où elle vit, aller à l’école devient dangereux pour les filles. Malala et son père résistent par tous les moyens pour continuer d’instruire les jeunes Pakistanaises. La jeune fille raconte son combat dans cette autobiographie.

 

Un talent d’oratrice

« Nous étions au XXIe siècle. Comment un homme pouvait-il empêcher plus de cinquante mille filles d’aller à l’école ?
Je suis une personne pleine d’espoir – mes amis peuvent dire trop optimiste, peut-être même un peu folle. Mais je n’ai simplement pas cru que cet homme pouvait nous arrêter. L’école est notre droit ! »

Et Malala va lutter comme elle le peut pour pouvoir garder ce droit. Elle utilise ses talents d’oratrice pour faire entendre sa voix dans le monde entier. À à peine 11 ans, elle est capable de parler face aux caméras et défier les talibans avec un à plomb déconcertant, car elle sait que la cause qu’elle défend est juste.

« – Elle est pakha jenai, sage au-dessus de son âge. Comment est-elle devenue ainsi ?
Mon père a répondu :
– Ce sont les circonstances qui l’ont rendue ainsi ! »

 

Une véritable leçon de vie

Malala a vécu beaucoup de choses. Elle a même failli perdre la vie quand un taliban lui a tiré dessus alors qu’elle rentrait de l’école. Malgré toutes ses épreuves, ce qui frappe, c’est que Malala garde toujours sa foi et ne doute jamais de ses convictions. Plus que jamais, elle apprécie le fait d’être en vie.

« Je n’étais pas triste. Je n’avais pas peur. Je pensais juste : Peu importe ce à quoi je ressemble, je suis vivante. J’éprouvais de la reconnaissance. »

Et à la lecture de la biographie, on ne peut qu’éprouver de l’admiration pour cette jeune femme au destin exceptionnel.

 

Moi, Malala, Malala Yousafzai et Patricia McCormick, Le livre de poche jeunesse, 2016 (2014).