Aujourd’hui, je veux vous faire découvrir le dernier Max et Lili de la célèbre série de Dominique de Saint Mars.

Petite, je lisais Max et Lili avec grand plaisir car ces petits livres ont le mérite de dire les choses comme elles le sont. Je trouvais très agréable qu’on me dise la vérité, même celle qui fait peur.

Ce 107ème numéro porte sur l’angoisse. Max et Lili trouvent leur cousin angoissé débute au moment où leur cousin Victor ne veut pas aller chez sa grand-mère et, comme ses parents ne savent plus comment se comporter avec lui, ils l’envoient passer des vacances dans la famille de Max et Lili. Mais au lieu de retrouver leur cousin adoré, Victor se comporte de manière agressive, ce qui laisse penser qu’il est simplement capricieux. Pourtant, les deux enfants y mettent du leur en lui proposant des activités qu’il aimait dans le passé, mais celui-ci ne semble plus aimer grand chose (hormis dormir !).

Grâce aux bulles de la bande dessinée, le lecteur s’invite dans les pensées de Victor qui est très angoissé, voire paranoïaque. Il lui arrive de sourire lorsqu’il quitte son monde intérieur et que la situation le sollicite pleinement. Seulement les idées noires reviennent toujours à la charge.

Lili  fait semblant de ne pas arriver à nouer ses lacets et demande à Victor de le faire pour elle. Celui-ci se sent alors essentiel, utile, et cela l’apaise. C’est à ce moment-là que Lili lui parle de ses visites chez le psy et la manière dont il l’a aidée. Victor finit par considérer d’aller lui aussi voir quelqu’un pour parler de ce qui lui arrive, au plus grand bonheur de Lili. Ce qui importe le plus c’est d’avoir le courage d’avouer qu’on va mal et chercher à se faire aider. C’est pour cela que Lili considère Victor comme son héros sur la dernière image.

À la suite de l’histoire vient la partie où l’auteure pose des questions qui indiquent « Si tu connais quelqu’un d’angoissé », « Si tu es toi-même anxieux », « Si tu ne connais personne d’angoissé », « Si tu ne te sens pas anxieux ». Ces questions tiennent beaucoup à coeur à Dominique de Saint Mars car elle est elle-même la marraine de la Fondation Falret qui s’occupe d’enfants et adultes en souffrance. Elles permettent à l’enfant de savoir s’il souffre, ou s’il connaît quelqu’un d’autre qui souffre. Cela encourage à parler et à ne pas se sentir seul dans sa situation. C’est une manière très pédagogique de donner de l’indépendance à l’enfant : il peut à son tour aider, compatir, écouter ceux qui souffrent autour de lui.

La collection « Ainsi va la vie » a vu le jour en 1992 et Dominique de Saint Mars réussit encore et toujours à trouver le mot juste, à illustrer ce qui touche les enfants et à expliquer aux parents ce qu’il y a dans leur tête.

De 6 à 12 ans.

Retrouvez toute l’actualité concernant Dominique de Saint Mars sur sa page facebook : https://www.facebook.com/maxetlili?fref=ts

Max et Lili trouvent leur cousin angoissé, aux éditions Calligram, est sorti en février 2015.

Ariane