Terminons cette semaine comme nous l’avons débutée : en musique ! Avec un titre norvégien, La Chanson du nez cassé de Arne Svingen.

Bart, un jeune Norvégien de 13 ans, vit seul avec sa mère obèse et alcoolique dans un minuscule appartement. Au collège, il a très peu d’amis et devient rapidement la cible d’une petite bande. Sa mère l’a inscrit à un club de boxe pour qu’il apprenne à se défendre.
Mais ce que Bart aime vraiment, c’est le chant lyrique qu’il pratique seul, enfermé dans les toilettes à la maison. Seulement, son petit secret va être révélé par son amie Ada, très gentille mais aussi très bavarde. Le garçon va alors devoir apprendre à chanter en public pour le spectacle de fin d’année du collège.

Entre le chant et la boxe, Bart doit-il choisir ?

Tout au long du roman, c’est un jeu constant d’opposition qui nous est offert. Bart est tiraillé entre la boxe que lui impose sa mère et sa passion pour le chant. Cette opposition se poursuit dans le choix qu’il doit faire pour le spectacle de fin d’année : faire une démonstration de boxe ou une performance musicale.  Mais elle se retrouve aussi dans la méchanceté de ses camarades face à la profonde gentillesse du garçon.

Le roman tout entier tourne autour de ce paradoxe. Le jeune garçon est tiraillé entre le pessimisme de sa propre vie et l’optimisme dont il fait preuve. Avec un ton cynique qui donne tout son humour au récit, on assiste à la transformation de Bart en un jeune homme de plus en plus confiant, en lui et en la vie.

Un roman drôle et émouvant.

La Chanson du nez cassé, Arne Svingen
Magnard, 2014

Kummba