Bien évidemment, je ne vais pas vous résumer l’histoire de Cendrillon que vous connaissez surement très bien (la jeune orpheline, la méchante belle-mère, les affreuses demi-sœurs, la fée, le prince, le bal, la pantoufle de verre,…) Cependant, dans le roman de Gail Carson Levine, Ella l’ensorcelée, on trouve beaucoup plus.

Il était une fois…
À sa naissance, Ella reçoit, comme cadeau d’une fée, le don d’obéissance. Mais pour elle, cela se révèle être une malédiction. Chaque fois que quelqu’un lui donne un ordre, elle est obligée de l’exécuter, même si elle tente de résister de toutes ses forces.
En grandissant, la jeune fille cherche par tous les moyens de se libérer de ce cadeau empoisonné pour enfin pouvoir vivre sa vie comme elle l’entend.

Un conte rationnel
L’auteur amène à ce conte traditionnel une certaine logique en apportant des réponses aux éléments qui pourraient sembler caducs à la lecture de Cendrillon.
Pourquoi Cendrillon ne se rebelle pas contre sa belle-mère ? Pourquoi son père n’est-il pas plus présent pour sa fille ? Comment se fait-il qu’elle soit la seule à pouvoir porter la pantoufle de verre ? Pourquoi la fée qui semble avoir des superpouvoirs ne lui accorde que la permission de minuit ?
Toutes ces questions trouvent leurs réponses dans le roman de Gail Carson Levine. Le conte gagne alors en cohérence.
Néanmoins, l’histoire ne perd pas de son merveilleux. Au contraire, à la magie des fées, s’y ajoutent, elfes, géants, trolls et autres créatures du folklore anglo-saxon. L’atmosphère du livre est emplie de magie et de féerie. Ce qui donne toute sa saveur au roman.

Ella : une jeune femme forte
C’est vrai, les contes nous donnent souvent à voir des héroïnes plutôt faibles, inactives, délicates et obéissantes. Des jeunes filles qui ne vivent pas leur histoire mais la subissent plutôt.
Ella, elle, est l’anti-princesse des contes de fées. Elle est maladroite, têtue et malgré le cadeau de la fée, c’est une jeune femme rebelle qui cherche un moyen de briser son sort et prendre en main son destin.
L’auteur en arrive à prendre le contre-pied des contes tout en gardant la magie qui les caractérise.

 

Un roman savoureux plein de finesse, d’humour et de romance.

Ella l’ensorcelée, Gail Carson Levine, L’école des loisirs, 1999

Kummba