« Je sais qui vous êtes et vous allez mourir. » Ce n’est pas le genre de phrase sur lequel on tombe par hasard… C’est pourtant de cette façon que Kylie Ravera nous plonge dans son livre, La Tentation de la pseudo-réciproque. Mettant en scène Pete Agor, étudiant en première année de prépa scientifique, c’est aussi la meilleure façon de traiter le mal par le mal et de décompresser en cette période chargée de concours et d’examens.

la_tentation_de_la_pseudo_reciproque

Pete décide alors d’engager un détective privé, bien déterminé à connaître le fin mot de l’histoire. Ce qu’il n’a pas prévu, c’est que ce détective est en réalité une jeune femme pour le moins atypique, qui va l’entraîner beaucoup plus loin qu’il ne l’aurait voulu…

La prépa vue de l’intérieur

Ce qui surprend d’abord dans ce roman, c’est l’univers qu’il décrit : une classe préparatoire aux grandes écoles n’est pas forcément la première idée qui nous vient à l’esprit quand on imagine une scène de crime. Et pourtant… c’est l’occasion pour une auteure créative de rassembler une grande variété de personnages (professeurs, élèves, famille), d’établir entre eux des rapports complexes et vieux comme le monde (jalousie, amour, rivalité, mensonges…) et d’ancrer le tout dans un univers familier pour les lecteurs auxquels il s’adresse : le lycée. Complètement crédible et réaliste, avec les moindres détails de la vie quotidienne des adolescents et étudiants. Mais ce décor cesse brusquement d’être rassurant quand tout bascule et que le narrateur se retrouve en danger de mort !

Un polar humoristique

Car au départ, il s’agit bien d’un roman policier. Avec une enquête, un détective, des déductions et des courses-poursuites… Là où les choses se compliquent (agréablement), c’est quand le détective en question est une surdouée de tout juste 21 ans, et que les déductions consistent à analyser des poèmes de lord Byron ou Pablo Neruda. Pas banal ! Mais pas de panique, Eléanore Marolex est là pour veiller au grain et faire la lumière sur cette affaire.

Tout en finesse et en humour, car vous l’aurez compris avec le nom des principaux personnages, La Tentation de la pseudo-réciproque n’est pas un polar classique. C’est un condensé de jeux de mots, situations comiques, personnages aussi drôles qu’attachants, et surtout une écriture vive et enlevée qui ne nous laisse pas un seul instant de répit.

Ce n’est que le début

C’est probablement l’ensemble de ces éléments qui fait de ce livre un mélange explosif. On ne sait jamais sur quel pied danser, ni à quoi s’attendre en tournant la page : on passe du rire à la peur, d’une enquête sur une menace de mort au mystère (encore plus palpitant ?) que représente l’héroïne, d’une musique de Queen au chat Perlipopette… Sans pincettes ni préavis, l’auteure nous balade dans un monde étrange et familier dont on n’aurait jamais osé rêver mais qu’on refuse désormais de quitter.

Heureusement que c’est une série en 7 + 1 + 1 tomes !

 

Kylie Ravera, La Tentation de la pseudo-réciproque, Auto-édition, 2008, 15,90 €.

L’auteure sera en dédicace samedi 25 juin prochain, au centre Cultura de la Défense ! Retrouvez l’event facebook ici.

 

Stéphanie, que l’on remercie pour avoir contribué à Lisons jeunesse !