C

Collectif 7 min

Célébrer la Fête des mères

Le fait qu’elles nous aient donné la vie est un point commun universel entre toutes les mères et pourtant elles sont toutes différentes, dans leurs parcours de vie, leur force de caractère bien à elles, leurs désirs et convictions, leurs souffrances et leur amour…

Qu’elle soit encore à nos côtés ou non, accompagnée d’un.e amoureux.se ou préférant sa bonne compagnie, qu’elle soit amicale, organisée, colérique, bricoleuse ou douce, il y a autant de manière d’être maman qu’il y a de mères. Alors, en signe de gratitude pour elles et parce que ce sujet est passionnant, voici des livres lus et aimés qui les honorent.

Une journée avec toi…

Des moments de quotidien doux comme un nuage. L’album Avec toi propose les instantanés d’une journée, d’une belle et tendre relation entre un parent et son enfant. Ici une mère et sa fille. Des moments simples et empreints d’émotions qui se racontent à deux voix.

« TOP TOP TOP », « CRIC CRAC CROC », « FLIPFLAPFLIPFLOP », « HOUUUUHOUHOU »… les bruits du quotidien rythment cette double narration. Ces moments illustrés sont donnés à voir, telles des photographies : tantôt à travers les yeux de l’une, tantôt à travers les yeux de l’autre. C’est une poésie sur un rythme binaire. Sur la page de gauche, la mère fait part de ses pensées, de ses sensations. Sur la page de droite, un autre point de vue, d’autres pensées, pour les mêmes moments à hauteur d’enfant. On suit les deux personnages sur la journée d’un enfant, du lever au coucher. Des illustrations sur double-page offrent ponctuellement une pause au récit, réunissant ainsi  les deux points de vue. Enfin, le texte est écrit en capitales script, ce qui permet de lire avec son enfant quelques passages.

Page après page, on se laisse porter, englober par ce nuage de douceur que les illustrations de Hifumiyo servent à merveille ; par la technique de dessin employée, par les couleurs, très bien rendues par la photogravure.
Souvent des moments plein de tendresse, empreints d’espièglerie parfois, dont Pauline Delabroy-Allard a su rendre compte tout en poésie.
Un beau moment de lecture à partager en cette journée !

Avec toi, Pauline Delabroy-Allard, illustrations de Hifumiyo, Éditions Thierry Magnier, 2019

Léa

Tous les bruits du monde

Tous les bruits du monde raconte le destin d’une mère qui ne voulait pas l’être. 1905, Italie, Graziella a été déshonorée par un jeune garçon de son village et elle porte la trace de ce déshonneur dans son ventre. Enceinte, de plusieurs mois, elle doit laver son honneur et celui de toute sa famille en assassinant le coupable le jour de son mariage avec une autre fille.

Destinée à donner naissance en prison, Graziella trouve son salut dans le tremblement de terre qui ravage son village. Aidée de son frère Baldassare, elle s’évade de sa cellule et s’enfuit pour la France où le frère et la sœur espèrent retrouver leur grand frère Tommaso.

Durant le voyage, elle donne naissance à une petite fille qu’elle ne peut se résoudre à aimer. Pourtant, avec l’aide de son frère, Graziella fera tout pour élever la petite Mila et trouver sa place dans un monde en pleine mutation, mais où les mœurs sont encore bien ancrées.

Ce roman, qui mêle aventure et histoire, à l’écriture à la fois sensible et poignante, met en avant une jeune mère forte mais affectée par une maternité non désirée, à une époque où cela est loin d’être envisageable. C’est malgré tout un beau roman d’espoir qui montre que l’amour maternel n’est pas inné, mais qu’il s’apprend.

Tous les bruits du monde, Sigrid Baffert, Milan, 2018

Kummba

Cher inconnu

La fête des mères est l’occasion de s’interroger sur la maternité, qu’elle soit voulue ou non. Qu’elle arrive trop tôt ou trop tard. Qu’on l’affronte seule ou à deux.

Helen n’a que 16 ans quand elle tombe enceinte – un accident qui va bouleverser sa vie jusqu’alors insouciante. Comment l’accepter ? Comment l’annoncer aux autres quand elle ne le comprend pas elle-même ?

Le premier réflexe de l’adolescente est de rejeter l’être qui grandit en elle. Elle n’a rien demandé et ne se sent pas prête à affronter ces responsabilités. Mais au fil des jours et des semaines, Helen commence à s’attacher à ce papillon qui prend de plus en plus de place dans son existence, et décide de lui écrire pour tenter de mettre des mots sur ses sentiments.

Ce sont ces lettres que nous lisons avec autant d’émotion que l’héroïne. On l’accompagne tout au long de son parcours, on suit son évolution. On la voit gagner en maturité et redéfinir sa place dans le monde, son rôle, son rapport aux autres.

Mais plus important encore, on voit une jeune fille trouver le courage de s’affirmer et de faire ses propres choix. C’est finalement la liberté qui est au cœur de ce roman : celle de grandir à son rythme, sans personne et sans pression.

Berlie Doherty, Cher inconnu, Gallimard Jeunesse, collection « Scripto », 2002.

Stéphanie

Ma mère

« Ma mère a le cœur entre soleil et nuit »

Cet album, écrit par Stéphane Servant et aux dessins mystérieux et envoutants d’Emmanuelle Houdart, se lit comme le portrait que fait un.e narrateur de sa mère : une mère haute en couleurs et hors norme. Le regard porté sur sa mère est empreint de pureté et de douceur comme de la maturité et de la lucidité qu’ont parfois les grandes personnes sur leurs parents.

Ce portrait est une déclaration d’amour originale où nous y lisons moins la description d’une mère pleine de qualité que celle d’une femme, qui est aussi une mère, admirable. Avec des mots percutants et des illustrations énigmatiques, Ma mère montre à voir une femme au « rire sauvage », aux réactions parfois imprévisibles et dont la force et la protection rappellent celles d’une louve. Au fil des pages où la poésie est maitresse, on découvre une mère, probablement tout comme notre mère aussi, qui est avant tout une femme forte, connectée à ses émotions et à la nature dont elle est une force et une belle création. Une femme qui court avec les loups, libre, torrentielle, tantôt en proie à des souffrances et tantôt solaire.

Les dessins d’Emmanuelle Houdart également méritent notre attention. Nous pouvons faire tout une lecture à partir des détails qui s’y réfugient habilement, de l’intensité des regards échangés entre les personnages et les divers animaux et éléments qui entourent la maman comme tant d’aspects de sa riche vie intérieure. Sur son site Internet, l’illustratrice explique que c’est ça qu’elle dessine « du merveilleux et de l’épouvantable » ce qui résume bien la sincérité et la sensibilité de son œuvre.

Ma mère, Stéphane Servant et Émanuelle Houdart, Éditions Thierry Magnier, 2015.

Chloé

Une maman c’est comme une maison

Une maman, c’est bien connu, c’est une personne capable des plus grandes prouesses. C’est ce que montre très joliment Aurore Petit dans son album Une maman c’est comme une maison.

Rien qu’en lisant le titre, on se dit que ce livre est une belle promesse. La suite ne nous déçoit pas ! L’autrice et illustratrice nous rappelle avec délicatesse toutes les postures que les mamans sont capables d’adopter : tour à tour, elles peuvent être docteur lorsqu’elles soignent, kangourou lorsqu’elles portent leur enfant, château lorsqu’elles deviennent leur terrain de jeu, cachette lorsqu’elles portent une longue robe… Le tout est dessiné avec humour et simplicité, avec des couleurs aussi nombreuses que le sont les situations.

Du moment où bébé est encore dans le ventre jusqu’à ses premiers pas, on assiste dans ce livre aux passages importants et amusants de l’enfance. Par des scènes de vie quotidienne et en illustrant ces détails si touchants, Aurore Petit en amusera les plus petits et va émouvoir les plus grands – aussi bien les mamans qui se reconnaîtront dans ce livre qui présente leurs facettes si nombreuses, que les enfants devenus grands, qui se souviendront avec tendresse ces doux moments passés avec leur maman.

Un album attendrissant qui nous rappelle, au travers d’une cinquantaine de situations, qu’une maman, c’est aussi riche et réconfortant qu’une maison !

Une maman c’est comme une maison, Aurore Petit, éditions Les fourmis rouges, 2019. 14,50€.

Manon

Avis de lecteurs

  • baffert

    Merci d'avoir invité "Tous les bruits du monde" dans une sélection de fête des mères. Touchée. Je le prends comme un cadeau inattendu et porteur de sens — plus que vous ne l'imaginez —.

  • Guesdon

    Une maman fait ce qu elle peut mais toujours avec tout son coeur .

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *