E

Ariane Baste Morand 3 min

Echapper belle - Belle échappée

Noah, Jack et Jocelyn se sont rencontrés à 12 ans dans une maison d’accueil dirigée par la terrible Hazel Frey. Leur trio inséparable est surnommé la bande des freaks par leurs camarades de classe. Au sein de Seale House, l’expression « l’union fait la force » n’a jamais été aussi vraie. Venus tous les trois de foyers instables, Noah et les deux jumeaux Jack et Jocelyn passent leur temps à jouer à des jeux de piste que Jack confectionnent pour eux.

« On était assis dans notre cachette, Noah et moi, sur les plus hautes branches du pin géant. Personne ne pouvait nous voir. On avait fini d’arracher les mauvaises herbes dans les parterres de fleurs et on n’avait pas besoin de commencer à préparer le déjeuners des petits avant midi. Autrement dit, on avait devant nous une heure de bonheur pour déchiffrer les indices. Jack avait disparu, mais il nous avait laissé un message afin de nous défier. […] À partir de ce jour, toutes les chasses au trésor que nous proposait Jack et tous ses message furent signés de ce nom de code : Jason Décembre. C’était notre secret et nous trois seulement savions ce que ça voulait dire. »

Des années plus tard, Jocelyn, maintenant étudiante de 18 ans, apprend la mort de son frère jumeau. Mais celle-ci reçoit quelques jours plus tard une enveloppe kraft qui contient une énigme à résoudre, et signée Jason Décembre. Commence alors pour Jocelyn une course aux indices qui la ramène dans la ville de Watertown, ville où se trouve Seale House et ses souvenirs qu’elle essaye pourtant de refouler. Elle va solliciter l’aide de Noah à qui elle n’a pas parlé depuis son départ précipité de la maison d’accueil où ils se sont rencontrés.

« À Seale House, tous les enfants vivaient plus ou moins dans l’inquiétude permanente, de la fausse bravoure de Corner Boy à la terreur tremblante de Dixon qui venait s’asseoir sur mes genoux au moindre problème. Chacun de nous se débattait dans des sables mouvants émotionnels, et on cherchait tous la protection de Noah. »

Grâce à l’esprit pragmatique et doué du jeune homme, et malgré sa réticence première, Jocelyn et lui vont désépaissir peu à peu le mystère qui entoure Jack. Au cours de leur enquête, Jocelyn sent que son frère la pousse à renouer avec les personnages de son passé, ceux qu’elle pensait ne jamais revoir. Noah et elle partagent cette hantise de leurs années passées à Seale House et chaque énigme qui mène à la maison est une épreuve à surmonter. D’autant plus que cette maison se montre particulièrement réticente à les accueillir, si bien qu’on pourrait la croire hantée …

Plus qu’une vie est un thriller haletant qui laisse le lecteur hors d’haleine. Le danger, les menaces de mort, les apparitions effrayantes se multiplient. Chaque fois que Jocelyn pense pouvoir se détendre, un inconnu cherche à l’étrangler (elle finit par presque trouver cela amusant !). Des paragraphes en italique viennent fournir les informations nécessaires pour comprendre le déroulement de l’intrigue en nous ramenant dans le passé de Jocelyn, qu’elle partage en grande partie avec Noah. Ils nous aident à comprendre la profondeur des blessures qu’elle porte en elle et justifient ses attitudes et ses craintes.

Les différentes énigmes sont reportées sur papier, ce qui permet au lecteur de tenter lui-même de les résoudre avant de continuer sa lecture et de découvrir la clé du mystère. Les énigmes vont de feuilles de papier couvertes de texte codé à des instructions de monopoly croisées avec celles du cluedo. Il y en a pour tous les goûts !

Une fois en main, Plus qu’une vie est difficile à lâcher.

Dès 13 ans.

The Vanishing Game de Kate Kae Meyers est paru en 2012 aux éditions Bloomsbury. Plus qu’une vie, sa traduction française, est publiée aux éditions Thierry Magnier en 2013.

Ariane.

Avis de lecteurs

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *