Difficile de faire un choix parmi ces livres plus beaux les uns que les autres, qui se multiplient dans les rayons. Nous avons donc eu envie de vous faire part de nos coups de cœur et de vous aider pour de potentiels achats de dernière minute… Un livre chacune, une dizaine de lignes, à la fin de cet article, plus d’hésitation possible !

Le coup de cœur de Bérengère : La forêt en mon cœur, rêveries d’un enfant solitaire

Dans de grandes pages dédiées uniquement à l’illustration, on suit la silhouette silencieuse d’un petit enfant, seul dans la nature. À ses côtés surgit une grande bête, étrange et gentille, avec qui il va cheminer et découvrir la forêt, des arbres aux étoiles… Les grands dessins à l’encre de Chine suivent le regard des deux amis, tournant cette promenade muette et poétique vers la contemplation.

L’arrivée en ville laisse l’enfant plus seul et apeuré qu’il ne l’avait été en forêt et déclenche sa métamorphose. Perdu au milieu des grandes tours grises et de la foule anonyme et agitée, il se mue à son tour en une grande bête calme que la nature rappelle…

Pourquoi le déposer au pied du sapin ? Ce très bel album sans texte laisse libre cours à l’interprétation. C’est un conte merveilleux qui fait un beau cadeau : celui de libérer l’imagination.

La forêt en mon cœur, Adolfo Serra (Balivernes éditions, 2016. Titre d’origine (Mexique) : El bosque dentro de mí), 15 €.

Le coup de cœur de Stéphanie : Les Cancres de Rousseau

C’est une plongée dans l’esprit adolescent que nous livre Insa Sané à travers les yeux de Djiraël, son jeune héros. Un teen spirit plus slam que rock, mais aussi rebelle et poétique que Nirvana ! Nous suivons donc l’année scolaire de Djiraël en terminale. Il retrouve ses potes, ses profs, ceux qu’il aime et les autres… Il drague les filles – UNE fille – et construit une relation difficile avec son père, tantôt autoritaire tantôt indifférent. C’est sa dernière année de lycée et il compte bien la rendre mémorable… quoi qu’en dise le proviseur !

Pourquoi le déposer au pied du sapin ? Il s’agit ici d’un préquel aux quatre volumes de la Comédie urbaine, qui peut néanmoins se lire indépendamment. Dans la grande lignée des cancres pas si bêtes (de Prévert à Queneau), Insa Sané nous offre une écriture magnifique à mi-chemin entre hip-hop et lyrisme. Sa lucidité nous projette sans filtre dans la vie des « quartiers difficiles », avec leurs bons et leurs mauvais côtés. Mais il n’écrit pas pour se plaindre et réussit à nous faire oublier, le temps d’une lecture, les barrières infranchissables que nous dressons entre nous.

Un miracle de Noël.

Insa Sané, Les Cancres de Rousseau, Sarbacane, collection « Exprim’ », 2017, 16€. À partir de 13 ans.

Le coup de cœur de Chloé : La Petite casserole d’Anatole

Un album des plus tendres pour ouvrir des yeux bienveillants sur le handicap mental !

Anatole est un petit garçon différent des autres enfants depuis qu’une petite casserole lui est tombée sur le coin de la tête. Toujours collée à lui sans qu’il ne puisse s’en défaire, celle-ci a fait de lui un être particulièrement sensible, artistique et avec un grand besoin d’affection, que les gens ne comprennent pas et trouvent même un peu bizarre. Finalement arrive dans sa vie une adulte qui va lui enseigner à rendre moins encombrante sa casserole et à cultiver ses différences pour les valoriser et en faire des forces.

Pourquoi le déposer au pied du sapin ? Métaphore juste et touchante des difficultés que traversent les enfants différents et handicapés mentaux, cet album aux dessins sobres et empreints de tendresse est pour eux un bel hommage ainsi qu’au personnel éducatif spécialisé qui les entoure et les soutient. Il est également un merveilleux outil pour inviter les enfants comme les adultes à accepter leurs petites casseroles et celles des autres.

La Petite casserole d’Anatole a été adapté en un court-métrage qui a reçu de nombreux prix dont le Prix du public au Festival International du film d’animation d’Annecy 2014.

La Petite casserole d’Anatole, Isabelle Carrier, éditions Bilboquet, 2009, 13,50€

 

Le coup de cœur de Kummba : Gaspard des profondeurs

Gaspard, 13 ans, est un garçon plutôt discret, peu bavard et sans histoire. Il aime écrire et semer des poèmes partout où il va pour permettre aux gens de les lire. Mais Gaspard est en colère : sa mère est tout le temps triste et son père, souvent absent pour son travail, ne donne plus de nouvelles depuis plusieurs jours.

Un jour, il décide de partir à sa recherche, entreprenant un voyage qui le mènera loin dans le sud de la France, mais aussi loin dans ses rêves. Grâce à son compagnon de route, Honoré, et les amis qui peuplent ses rêves, le garçon va surmonter ses peurs et sa colère pour trouver les réponses à ses questions.

Pourquoi le déposer au pied du sapin ? Ce premier roman de Yann Rambaud est une œuvre où se mêlent plusieurs genres. C’est un roman d’aventure, une œuvre de fantasy, un roman initiatique… Une fois commencé, difficile de reposer ce livre où suspens et poésie donnent un mélange original, mais très réussi.

L’univers onirique et foisonnant dépeint par l’auteur ne manquera pas de transporter le lecteur loin dans le monde de Gaspard. La plume de Rambaud, extrêmement touchante, nous émeut et nous bouleverse. C’est un roman qui touche et qui reste en tête longtemps après l’avoir terminé.

Gaspard des profondeurs, Yann Rambaud, Hachette Jeunesse, 2014, 15,90€

 

Le coup de cœur de Manon : La milléclat dorée

Passionné par la botanique, Renard aime feuilleter les livres sur les plantes pour en orner ensuite sa maison. En bouquinant un jour, l’une d’elle attire son attention : la milléclat dorée, une plante très rare, qui ne pousse que dans la montagne et dont aucun spécimen n’a pu être décrit à ce jour. Celle-ci fascine tout de suite notre curieux Renard qui se met en quête sans plus attendre. À travers les sentiers montagnards, notre ami rencontre l’Ours pêcheur, le gourmand Loup, l’agile Marmotte et le bienheureux Bouquetin. Avec bienveillance, ils lui permettront d’atteindre la milléclat tant désirée, qu’il n’est finalement pas sûr d’emporter dans sa maison déjà bien décorée…

Pourquoi le déposer au pied du sapin ? Cette excursion aux belles couleurs durant laquelle on apprend à reconnaître les arbres et les fleurs (que ce soit l’anémone, la violette, le myosotis, le chêne ou le mélèze !) nous procure une vraie bouffée d’air frais sans avoir à mettre les pieds en-dehors de chez soi !

La milléclat dorée, Benjamin Flouw, éditions La Pastèque, 2017, 13€