Et si on s’intéressait aux plantes et fleurs qui parsèment les jours d’été ? Grâce à cette “Drôle d’encyclopédie végétale” réalisée par Adrienne Barman, l’environnement n’aura plus de secret pour vous. Expliquons ce titre point par point.

Drôle…

Ce livre l’est dans tous les sens du terme. Tout d’abord par les catégories originales et curieuses selon lesquelles les végétaux sont regroupés – les amoureuses de l’eau (la menthe aquatique, l’iris des marais), les indécises (celle pour lesquelles on oscille entre le fruit ou le légume, tels que l’avocat ou le melon) ou encore les trompe-l’œil (comme l’orchis d’Italie ou le ginseng).

Drôle, il l’est aussi, car parsemé d’humour : personnages aux expressions rigolotes, êtres vivants animés, illustrations étonnantes… Voyez plutôt :

d’encyclopédie…

Cela ne fait aucun doute, cet ouvrage est très complet : plus de 750 espèces végétales regroupées en 42 familles de plantes, il  ne cesse de nous étonner par sa créativité. Le lecteur y retrouve les catégories classiques telles que les épicées (l’aneth, le curcuma, le wasabi) ou les plantes qui soignent (l’airelle, la mélisse, la réglisse), ainsi que d’autres plus inédites et surprenantes, bon moyen pour nous aider à retenir les différents végétaux qui existent. Pour moi c’est le cas grâce aux familles des montagnardes, des mangeuses ou des malodorantes !

Pas infantilisant pour un sous, ce livre est un bon guide pour petits et grands, qui aidera à identifier les formes de plantes. Les couleurs chaudes et acidulées confortent plus encore la lecture qui mérite d’être recommencée ou fragmentée – comme toute encyclopédie – et donnent envie de se plonger dans cette nature accueillante. En dehors des familles piquantes et des empoisonneuses, bien sûr…

 

végétale.

Ça c’est certain, des choses, on en apprend. Bien plus qu’un ouvrage qui énumèrerait les plantes, cette Drôle d’encyclopédie végétale en donne aussi de brèves explications. Pour la catégorie “faux-jumeaux” par exemple, l’auteure souligne la différence entre la myrtille et la parisette à quatre feuilles, qui elle, est toxique : “la baie bleue ressemble à celles des myrtilles même si les feuilles ne se ressemblent pas”. Concernant la famille des hybrides, on y apprend que “le magnolia de Chine est un croisement entre un magnolia Yulan et un Magnolia à fleurs de lis”. Quant au plantes semeuses, les graines des fruits de la bardane sont munis de “petits crochets qui s’accrochent aux poils des animaux”. Que dire sur les plantes doyennes ? Le figuier peut vivre jusqu’à 2000 ans, et le Sapnin de Douglas jusqu’à 6000 ans !

Alors, par quelle famille allez-vous commencer ?

 

Drôle d’encyclopédie végétale, Adrienne Barman, éditions La Joie de Lire, 2017.

Prix : 24, 90 €