N

Collectif 3 min

Nos coups de cœur de mars

Plutôt album attendrissant ou roman trépidant ce mois-ci ? Ne choisissez pas, lisez les deux ! Nous vous avons sélectionné deux pépites fraîchement publiées, par lesquelles vous ne serez pas deçu·e·s.

Un arrêt de bus pas comme les autres

Comment ne pas craquer devant cette histoire si mignonne, entre un vieux monsieur et un éléphanteau ? Ce bel album écrit par Nathalie Wyss et illustré par Juliette Lagrange, nous plonge dans les rues d’une ville éblouissante semblable à Paris, version multicolore.

Monsieur Henri est un homme seul qui vit sous l’arrêt de bus « Flore ». Il observe le temps s’écouler, la météo changer, les passants… l’ignorer. Jusqu’au jour où un individu pas comme les autres le rejoint : un éléphanteau plein de chagrin. Attristé par ce pachyderme esseulé, Monsieur Henri décide de parcourir la ville pour retrouver sa demeure, en vain. Le cirque ? Pas pour lui. Le zoo ? Non merci. L’éléphanteau se sent bien sous cet arrêt de bus, et tous deux, de jour comme de nuit, sous le soleil ou sous la pluie, profitent ensemble de la vie. Grâce à ce duo singulier, chacun trouve le réconfort qu’il cherchait, de l’attention, de la gaité, des activités. En somme, une vraie amitié qui perdurera même le jour où le petit éléphant est récupéré par ses congénères. Dans cette famille, il y a une place pour tout le monde !

Cette ville aux immeubles allongés me rappelle les illustrations tendres de Sempé, sauf que celles de Juliette Lagrange débordent de couleurs. Les voitures sont rouges, jaunes et vertes, les vêtements des passants sont oranges et bleus et la végétation déborde derrière les grillages des parcs. Les illustrations sont élégantes, teintées d’humour et de couleurs aquarelle. On aimerait que toutes nos rues soient ainsi ! Mais peut-être est-ce à nous de voir les couleurs où elles sont, et surtout, de prêter attention à ceux qui manqueraient de compagnie. Nous pourrions y trouver un véritable ami, qui sait ?

L’arrêt de bus, de Nathalie Wyss et Juliette Lagrange, éditions Kaleidoscope, mars 2022. 13,50€.

Manon

Une histoire qui n’en finit pas

Car c’est bien connu, les belles histoires ne devraient pas avoir de fin… Et surtout pas celle-ci.

Qui n’a jamais été habité par un livre au point d’en poursuivre l’aventure dans le monde réel ? Qui n’a jamais été fan au point d’y penser toute la journée, et même en dormant ? C’est le cas de Lucien, passionné par une saga fantastique. Pour échapper au quotidien morose de son internat, il s’investit dans une communauté de fans en ligne. Son seul plaisir est d’échanger avec d’autres lecteurs… jusqu’au jour où l’autrice interrompt brusquement sa série.

Que s’est-il passé ? Le tranquille Lucien se retrouve entraîné malgré lui dans une enquête palpitante, une enquête au cœur des livres pour découvrir des vérités dans la vie.

Et le lecteur se trouve entraîné à sa suite, au point de se demander si la saga littéraire au cœur du roman existe bel et bien ! Car la fiction se mêle étroitement à la réalité, et notre passion commune pour la littérature fait vivre les personnages comme des amis proches.

Soyez attentifs aux indices semés dans les pages, que ce soit dans le livre que vous avez dans les mains ou dans celui que cherche Lucien… Après tout, il pourrait bien s’agir du même !

Un hymne à l’imagination et à l’adolescence, recommandé à partir de 12 ans.

Les histoires, ça ne devrait jamais finir, d’Esmé Planchon, éditions Bayard, mars 2022, 13,90€.

Stéphanie

Avis de lecteurs

  • "Nos amies les bêtes", une sélection au poil - Lisons jeunesse !

    […] Lagrange, qui nous avait déjà éblouis avec L’arrêt de bus, nous ravit une fois encore. Les planches de cet album réjouissant et drôle débordent de […]

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.