L

Collectif 4 min

Le racisme expliqué aux enfants

Parce que la lutte contre le racisme nous tient particulièrement à cœur et que les récents événements, tragiques et intolérables, ont ravivé le sujet, nous voulions en parler avec vous. Voici quelques idées de lectures qui aideront les enfants à approcher une question qui ne devrait plus être d’actualité.

Le parcours héroïque de Rosa Parks

Quelle bonne idée ont eu Lisbeth Kaiser et Marta Antelo, en retraçant la vie de cette grande femme au travers de l’album Rosa Parks ! Sous forme de récit nous découvrons la petite Rosa qui, née en Alabama, est très vite confrontée aux injustices envers les personnes de couleur, pendant la ségrégation. La petite fille subit un quotidien où Noirs et Blancs ne peuvent se mélanger. Où ses camarades blancs prennent le car scolaire tandis qu’elle en est privée.

Dès l’âge de 30 ans et toute sa vie durant, elle militera pour que les personnes de couleur obtiennent enfin les mêmes droits que les autres. Révoltée et d’un courage immense, Rosa ne recule devant rien, même après avoir été emprisonnée… pour ne pas avoir voulu céder sa place de bus à un Blanc. Tout au long de ce parcours héroïque, marquant et très concret, les enfants peuvent comprendre très simplement la question du racisme. Un livre et une collection à mettre entre toutes les mains, puisque cet album appartient à une série de livres « Petite & Grande » qui retracent le parcours de femmes admirables.

Rosa Parks, écrit par Lisbeth Kaiser et illustré Marta Antelo, collection « Petite & Grande », éditions Kimane, 2018. 9,95€.
Un livre dont j’avais déjà parlé ici.

par Manon

Alma de Timothée de Fombelle

Fraîchement sorti des presses, voici le nouveau roman de Timothée de Fombelle, un auteur dont nous avons déjà parlé ici (et dont nous avons chroniqué Le Livre de Perle). Le vent se lève est annoncé comme le premier tome de la trilogie Alma, sur l’esclavage et le combat de l’abolition.

Pourtant, Alma n’est qu’un des personnages de ce roman choral. Courageuse et têtue, elle est protégée du racisme du XVIIIe siècle par l’amour de ses parents et l’isolement de sa vallée, qui représente les limites de son univers. Rien n’existe au-delà des ronces. Jusqu’au jour où un magnifique cheval blanc pénètre dans leur havre de paix, fascinant les enfants qui l’apprivoisent peu à peu. Et quand son petit frère insouciant s’enfuit avec l’animal pour explorer le monde, Alma n’a d’autre choix que de partir à sa recherche. Elle affrontera alors un monde dangereux où la couleur de sa peau fait d’elle une proie idéale.

Comme à son habitude, Timothée de Fombelle nous cueille habilement au bout de sa plume. Mélange d’aventures et d’émotions, Alma parvient à nous toucher sans tomber dans l’excès et maintient un bel équilibre entre témoignage et réquisitoire. Le message est délivré sans être martelé, par les yeux d’une enfant qui grandit d’un seul coup et par ceux d’un père à la recherche de son fils. Joseph, l’autre personnage principal, est un jeune garçon qui trouve le moyen d’embarquer à bord d’un navire négrier dans un but mystérieux. Tel Jim dans L’Île au trésor, il fait souffler sur l’intrigue un vent marin.

En alternant les points de vue et les zones géographiques, Timothée de Fombelle retrace l’horreur de l’esclavage sous tous ses aspects, depuis l’armateur qui met à disposition le bateau jusqu’au trafiquant qui vend son voisin – en passant par le mousse enrôlé de force et le charpentier qui transforme le vaisseau en prison flottante. Une prison dont beaucoup ne sortiront pas vivants au terme du voyage.

« À l’heure qu’il est, ils n’ont déjà plus de noms. Ils marchent sur des chemins de terre. Ils sont enfermés dans des parcs à bétail ou dans des caves sur la côte. Dans huit jours tu les verras. On les montera à bord un par un. On les entassera ici. Trois par mètre carré. Si tous les autres gagnent, c’est parce que ceux-là ont tout perdu. Ils ont même perdu leur nom et celui de leur village qui n’existe plus. Ils ont perdu leurs enfants. Ils n’ont plus rien et ils paient pour tout. »

Timothée de Fombelle, Le vent se lève (Alma T1), illustrations de François Place, Gallimard Jeunesse, 2020.

par Stéphanie

Nos précédentes chroniques traitant du racisme :

D’autres ouvrages à consulter sur le sujet :

Avis de lecteurs

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *