S

Manon 5 min

Scoop : les « secrets de l’école » révélés

Notre rentrée à nous se fait maintenant, en octobre, car il est bon de s’accorder quelques douces semaines de vacances en plus, il faut l’avouer. Pour rester dans le ton de cette rentrée que l’on a failli rater, nous vous faisons part d’un album qui saurait plaire à n’importe quel élève, même (surtout ?) en baisse de motivation. Dans ce livre habile, réalisé par Eric Veillé et publié chez Actes Sud junior, l’auteur nous révèle Les Secrets de l’école. Et ce n’est pas peu dire ! Car petits ou grands, nous nous sommes tous un jour posés ces questions : Où vont les maîtresses après le coucher du soleil ? Que deviennent les vêtements oubliés pendant les grandes vacances ?  Et pourquoi les frites sont-elles si rares ? (C’est vrai, ça !). Eric Veillé répond à vos questions.

 Au début, sur la Terre, il n’y avait rien.

Ou pas grand-chose. Puis des poissons

se sont pointés, qui, de fil en aiguille,

ont eu des pattes… C’est à peu près

à cette époque que l’on date l’arrivée

de la première maîtresse. 

 

Et Dieu créa la maîtresse

Parce que dans cet album, les humains sont, au commencement, des poissons, la maîtresse quant à elle née en… maillot de bain (peau de lapin). Eric Veillé donne d’entrer de jeu la couleur – rouge ou noire – de l’ouvrage ; il s’agit de rire. S’il brosse un panorama complet des acteurs de l’école, c’est à travers un regard d’enfant dont l’imagination est débordante. Ainsi, la gardienne de l’école « est une dame qui reste juste à l’entrée de l’école pour vérifier qu’on lui dit bien bonjour ». L’inspecteur ? « C’est un fantôme qui ne vient pas souvent et qui reste dans le fond sans bouger. » Ce n’est pas faux. Eric Veillé rend hommage à toutes les maîtresses, à la patience et aux capacités incroyables qu’elles mettent souvent à l’épreuve.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la maîtresse d’école

Vous aussi, vous avez toujours voulu savoir ce que si passe la nuit à l’école, avouez-le. Eric Veillé n’a visiblement pas perdu son imagination d’enfant. Une vie, la maîtresse ? Que nenni. Lorsqu’elle quitte sa classe le soir, elle s’empresse de retirer ses chaussettes, de faire des batailles de cahiers de CE2 avec ses collègues, avant de se glisser par une petite trappe, par laquelle elle se rend au bal des maîtresses. Puis, au petit matin, elles « remettent leurs habits de maîtresse » et retournent accueillir leurs élèves. Elle n’est pas loin en réalité de cette vision que j’avais en tout cas plus petite : la maîtresse habite à l’école. Comme si son existence entière se résumait à sa fonction…

secrets_ecole_acteurs_veille_actes_sud
Des réponses drôles, farfelues… et vraies

Contorsionniste lorsqu’il s’agit de veiller sur chaque élève lors d’une sortie scolaire, infaillible pour détecter les chewing-gums dans la bouche et drôle au moment de la fête de l’école, dans laquelle elle n’hésite pas à se vêtir de son plus beau déguisement (ici, un Babybel), la maîtresse est très forte. Elle est « cap » de rester très très calme avec les CM2 et de s’énerver très fort tout en restant bien coiffée. Pas de problème non plus pour réciter « n’importe quel groupe de n’importe quel groupe », quelque soit la situation. Dans ce livre, toutes les facettes de la maîtresse sont révélées, et ce catalogue aboutit à une conclusion : les maîtresses sont des super-héroïnes.

La face cachée de l’école

Mais si Eric Veillé se joue des différents visages de l’école, il tourne en dérision ce que nous connaissons bien, et cela est drôle, plaisant à lire. Ce « boulgour d’hippopotame maison », ce « crocodile rapé » servi avec des moules ou cette « volaille jaune et bleu », n’est que la légère exagération de ce que nous avons pu rencontrer parfois dans nos assiettes. Ces plats ne sont toutefois pas aussi délicieux que la « confiture de grammaire » ou la « tarte au verbes » que l’école fabrique avec les fautes des élèves et que l’auteur invente avec un humour délicieux. Ici, les coquilles ne restent pas bien longtemps avant d’être transformées en succulentes douceurs qui font rire les adultes (cf. « le dictionnaire des mots ratés »). L’auteur nous explique tout le processus de transformation, de la faute d’orthographe au met délicieux, ou devrais-je dire « le cycle des mots bancals » (sic).

Un album qui « saute de joie »

Entre sa créativité débordante, sa fantaisie et ses jeux de mots, Eric Veillé ne cesse d’amuser le lecteur qu’il soit petit ou grand. On se délecte de la perception enfantine que l’on reconnaît bien, peut-être parce qu’elle ne nous a jamais vraiment quittés complètement. On savoure « les mots poilus » (tels que « oursin », « préhistoire » ou « oncle Michel »), les mots qui « sautent de joie » (tels que « ketchup », « surprise » ou « maman ») et même de ceux qui nous faisaient moins rire quand nous étions plus petits : les « mots rouges » que sont « passable », « à revoir » ou « en progrès »… Illustrés par des dessins aux couleurs rose, rouge et noire, le récit structuré par des thèmes explorés à chaque nouvelle douple-page, est dynamique ; il ne cesse de nous surprendre par son inventivité et ses plaisanteries du début à la fin de l’ouvrage.

Eric Veillé vient d’écrire Maman à l’école, paru en septembre 2015 chez Actes Sud. Encore un album prometteur autour de l’école, que nous avons hâte de découvrir. Cet auteur-illustrateur est issu d’une formation d’arts appliqués à l’école Duperey de Paris. Après avoir illustré une anthologie de poésie allemande et un BD, Eric Veillé devient graphiste puis directeur artistique… pour finalement revenir aujourd’hui à son talent premier : l’illustration.

Les Secrets de l’École, Où von les maîtresses après le coucher du soleil ? par Eric Veillé, Actes Sud, 2014.

Prix : 12,50 €

Pages : 32

Format : 19,5 x 27 cm

Avis de lecteurs

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *