A

Chloé 3 min

Azul, un voyage au cœur de la grande vague

Avez-vous déjà rêvé de côtoyer les personnages de tableaux des grands maîtres ? De sentir le soleil sur votre peau, tout près du pont Japonais de Monet, ou bien encore entrer dans les naïves jungles du Douanier Rousseau ? Ce sont tant de voyages extraordinaires que promet la lecture de ce palpitant nouveau roman : Azul.  

Un roman fleuve qui nous embarque loin

Soyons honnête, c’est d’abord sa magnifique couverture qui m’a happée et donné envie de le lire. Quelle bonne intuition cela a donc été car après avoir dévoré ce roman, je peux vous affirmer qu’il s’agit d’une petite pépite !

Nous découvrons Miguel, un jeune homme orphelin résidant dans une pension à Lisbonne, tenue par Maria, une vieille dame au grand cœur.

Miguel a un don incroyable : il se projette à l’intérieur des tableaux et interagit avec les décors et les personnages. C’est ainsi que naquit sa passion pour l’art, lui qui est devenu l’ami de Mona Lisa et se chamaille avec la princesse de Velázquez.

Très vite, notre héros s’est donné comme mission de réparer les défauts qu’il repère dans les différentes œuvres. Problème de perspective, toit endommagé, … rien n’échappe au voyageur qui se découvre quantité de métiers et de capacités dans les toiles. On tombe aussi en fascination face aux description du subconscient des artistes dans les recoins cachés des œuvres d’art. En bref, le temps d’une excursion, on touche du doigt avec Miguel ce qui a dû être le plus intime et torturé pour ces peintres.

Un beau jour cependant va arriver une rencontre : celle d’April, une fille de son âge qui partage le même pouvoir. April est si belle que l’art aurait pu être inventé pour elle. Pour preuve, elle dit être la muse des plus grands peintres qui les aide à terminer et parfaire leur travail. C’est ainsi que se scelle leur lien unique, de toiles en toiles jouissant tous deux d’une liberté sans faille.

«  Le temps n’existe pas dans les toiles. Mais je veux, je désire, j’exige, qu’il soit midi à jamais. Alors, pour la première fois, je deviens astronome et je commande aux étoiles. Le soleil m’obéit et s’élève jusqu’au firmament. La lumière de notre ciel parfait s’immisce dans chaque recoin. »

extrait d’Azul, p.275.

Un thriller psychologique exquis

Mais la douceur de cette adolescence hors du commun n’est pas éternelle. Lors d’un voyage dans un tableau de Van Gogh, Miguel se fait attaquer par un dangereux personnage inconnu à l’œuvre. S’il parvient juste à temps à sortir, ses ennuis ne font que commencer et son assaillant pourrait bien être toujours à ses trousses, même dans le monde réel.

Tout au long de la lecture, ces questions ne lâcheront plus notre esprit : qui est cet inconnu et que veut-il ? Où est passée April qui demeure introuvable ? Pourquoi une série de catastrophes naturelles se déchaîne sur la ville ? Et bien plus encore mais, je ne voudrais surtout pas trop vous en dévoiler …

Azul est un roman passionnant aux multiples genres : à la fois fantastique et psychologique, on aime la tonalité thriller qui nous fait frissonner. Enfin, il se dévore tant son écriture est prenante et son histoire sensible et originale.

Pour les amoureux et amoureuses de l’art, mais tout aussi bien les autres, je n’aurais qu’un conseil : foncez lire ce petit bijou !

Azul, Antonio da Silva, illustration de couverture de Patrick Connan, Éditions du Rouergue, Paris, 2021.

Chloé

Avis de lecteurs

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *