D

Collectif 2 min

De nous, prenons soin ; mais que la fête toujours, batte son plein !

Nous aimerions toutes et tous pouvoir se retrouver entre ami.e.s, profiter du soleil du printemps désormais bien présent, mettre la musique, rire fort, danser beaucoup et sentir la liberté nous chatouiller le bout des doigts.

Alors, en attendant que cela puisse arriver : donnez-nous la main, nous vous emmenons dans des histoires où la fête n’a rien perdu de sa superbe !

Faire la fête en étant qui l’on veut !

Faire la fête, c’est aussi se réinventer et se transformer. Alors qui dit fête peut donc dire : carnaval !

Le grand jour du carnaval approche pour l’école de Kevin et tous les élèves sont dans une réflexion intense quant à leur déguisement. Toute l’école à l’exception de Kevin qui ne veut entendre parler des propositions classiques qu’on lui fait, tantôt chevalier, tantôt pompier.

Kevin sait déjà quel sera son déguisement : il veut se déguiser en princesse. Pour cela, sa sœur lui a prêté une splendide robe rose qui fera de lui la plus jolie des princesses et Kevin a aussi emprunté le maquillage et les talons de sa maman. Comme cela, notre princesse est fière et se trouve par-faite !

La fête selon Kevin, c’est être totalement libre d’être qui l’on veut malgré les moqueries de ses camarades à qui il explique qu’il a bien le droit d’être qui il veut. Et cela vaut aussi pour les filles, pourquoi ne pourraient-elles pas se déguiser en cow-boy ou en chevalier d’abord ?

Une petite histoire vraiment délicieuse, pleine d’audace, de raison et de bonne humeur, pour aller contre les stéréotypes de tout camp et s’enjailler !

Princesse Kevin, Michaël Escoffier, Roland Garrigue, P’tit Glénat, 2018.

Chloé

Julian est une sirène de Jessica Love

Oui, pourquoi pas ? Pourquoi Julian ne pourrait-il pas être une sirène ? Il en rêve depuis qu’il en a croisées dans la rue. Ce n’était peut-être que des femmes déguisées, mais dans son imagination, elles sont bien réelles ! Et il est déterminé à les rejoindre. Quitte à transformer un rideau en queue de poisson et un bouquet de fleurs en couronne.

La beauté de l’album est de célébrer la différence, et la relation complice qui unit une grand-mère et son petit-fils. Plutôt que de se fâcher, la vieille dame va chercher son maquillage pour parfaire le déguisement de Julian ! Et le petit garçon, tout heureux, se mêle au défilé des sirènes de Coney Island : une parade annuelle pour fêter le début de l’été.

Cet événement incontournable de la scène artistique new-yorkaise attire chaque année des milliers de spectateurs. Il sert ici de prétexte à une histoire aussi belle que simple, presque sans paroles, qui laisse libre cours à l’inventivité des lecteurs et ravira tous les âges.

Les illustrations pastel de Jessica Love débordent de couleurs et de tendresse, donnant vie à des scènes féériques.

Jessica Love, Julian est une sirène, L’école des loisirs, « Pastel », 2020.

Stéphanie

Avis de lecteurs

Rédiger un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *