Suivons Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas dans un voyage musical, historique et exotique avec La Saga des Marquises, un roman qui s’étale sur plusieurs continents et plusieurs générations.

1860 – 1920 : Paris – New Orleans

Un vent de liberté souffle sur Paris dans la deuxième moitié du XIXe siècle : avec un peu de ruse, même les femmes parviennent à leurs fins ! C’est le cas de la jeune Éléonore, qui réussit à se faire engager dans un atelier de musique. Nous vivons avec elle ses premières expériences, des émois de l’adolescence à la découverte d’un Paris fourmillant de vie. Les auteures dépeignent un Montmartre joyeux et accueillant, presque un petit village en soi.

Malheureusement, la Commune ne tarde pas à sévir et le drame n’est pas loin… La mort rôde dans les rues et oblige Éléonore à grandir plus vite que prévu. La fillette insouciante se transforme en jeune femme désireuse de savourer la vie avant qu’il ne soit trop tard. C’est cette soif de vivre qui l’entraîne à la Nouvelle-Orléans à la recherche du grand amour. L’occasion pour le lecteur d’assister à la naissance du jazz et d’une nouvelle culture !

Le rythme dans la page

L’écriture toujours gaie de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas nous dévoile donc les balbutiements d’un nouveau style de vie. Nous suivons avec entrain et tendresse les péripéties de toute une famille qui a la musique dans la peau, entre l’Europe et l’Amérique – jusqu’aux Années folles. Extravagance de l’Exposition universelle, rivages boueux du Mississipi, émulation du milieu artistique… Tout est là.

Si la liberté s’acquiert – parfois difficilement -, le grain de folie, lui, s’hérite de mère en fille chez les marquises ! Un titre qui ne doit rien à la noblesse, mais prouve un amour profond et durable entre les personnages.

Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas, La Saga des Marquises, Hélium, 2018.


Lire aussi :


Sur un thème similaire :

Sophie Chérer, La Vraie Couleur de la vanille, L’École des Loisirs, 2012.

Du même éditeur :
Matt Haig, Humains, Hélium, 2014.
Susin Nielsen, On est tous faits de molécules, Hélium, 2015.